sei shin kan tai ki ken midi pyrénnées Dojo Sei shin Kan de Toulouse Un Dôjô est l’endroit où l’on étudie les Arts Martiaux. dojo d'arts martiaux Des cours particuliers sont  donnés en initiation ou en  perfectionnement, pour enfants ou  adultes, en Tai Ki Ken tous niveaux,  self défense, self-defense  professionelle et Tai Chi Chuan. Pour tous renseignements,  veuillez nous contacter via le  formulaire de “contact”.  Les Arts martiaux chinois ou japonais nous  fascinent depuis le début du 20ieme siècle, date à  laquelle ils ont été progressivement introduits en  Europe. Ils nous renvoient une paix intérieure ainsi  qu’une grande sérénité, une force calme et profonde. Paradoxalement, l’étymologie exacte du terme  “art martial” japonais (Bu Do, littéralement la voie de  la guerre) est l’art de ne pas faire la guerre. Stage TaiKiKen : Lieu : Cout : Hébergement possible : Registre : Public : adulte & ado Inscription  : formulaire de contact Dôjô SeiShinKan - BP30 - 31210 MONTREJEAU - Association loi 1901 à but non lucratif Le TaiKiKen est une boxe chinoise créée par Me Kenichi Sawai au Japon, il  y a une cinquantaine d’années. Le TaiKiKen (boxe de la grande énergie) est une  boxe libre dont l’objectif est de fortifier le corps (sans le détruire) et de développer son Ki, tout en apprenant une méthode efficace de combat. Maître Sawaï fut diligenté en Chine en 1931 dans le cadre de son travail  d’officier de renseignement de l’armée japonaise. Il y défia tous les maîtres  chinois qu’il rencontra pour éprouver son art (Judo, Ken Jutsu et Kendo). Il fut un  jour présenté à Maître Wang Xiang Zhaï, fondateur du I Chuan, qui le terrassa. En toute humilité, Me Sawai lui demanda de devenir son élève. Quand il revint de  Chine en 1946, il créa le Tai Ki Ken qu’il enseigna dès lors à un petit nombre  d’adeptes. I Chuan signifie littéralement la boxe de l’intention : l’accent est mis sur le  fond (conscience du mouvement) et non sur la forme (il n’y a pas de katas). La  recherche est principalement basée sur l’instinct du combat et l’efficacité. Le  TaiKiKen utilise des méthodes simples de parades, d’esquives et de frappes.  L’essentiel de la pratique de l’art passe par le travail de ritsu zen (méditation  debout) et du combat. Sawai Sensei fut un proche ami de Masutatsu Oyama Sensei qui l’aida  lorsque celui-ci créa son école de karaté Kyokushinkai (Association de l’Esprit  Ultime).  Sawai Sensei est décédé en 1988. Il donna de son vivant le Menkyo à Jean  Luc Lesueur Sensei (en 1985), représentant du TaiKiKen pour la France. Jan  Kallenbach Sensei occupe les mêmes fonctions pour l'Europe depuis 1973. Alain Stoll Sensei (qui vécu pratiquement 9 années au Japon et pratiqua 7  années consécutives dans le Dojo de Shimada Michio Sensei) a obtenu de ces  derniers son Menkyo de Renshi en Juin 2011, et poursuit la transmission de  l'héritage de Sawai Sensei pour la région du Sud de la France. Jacques Legree Sensei, chef de file du Kyokushinkai Français, reste en  partie responsable pour la région Ile de France. Quelques disciples japonais directs et indirects ont pris la relève au Japon :  Shimada Michio Sensei (www5f.biglobe.ne.jp/~taikikenkikoukai/) ou son élève  Matsui Ojiro Sensei (www.bu-zen.jp) qui développe le Taikiken à Hokkaido, Sawai  Aki Sensei,  Sato Yoshimichi Sensei, Iwama Norimasa, Sato Seiji Sensei,  Kashimura Sensei, Amano Satoshi Sensei, Kubo Isato Sensei, Takagi Yasuhide  Sensei . Une grande action n’est pas aussi bonne qu’une petite action, une petite action n’est pas aussi bonne qu’une non action. Wang Xiang Zhaï (1885 - 1963) Ariège Info (2013) Sei Shin Kan revue de presse